HISTOIRES DE FAMILLES. HISTOIRES D'INSTITUTIONS. COLLOQUE PSYFA ET UNIVERSITÉS PARIS 5, PARIS 7 ET PARIS 13 DU 6 OCTOBRE 2018

publié le 24 juin 2018 à 12:36 par Marie-Noelle TEYNIER   [ mis à jour : 8 juil. 2018 à 11:20 ]

LE PROGRAMME COMPLET DE CE COLLOQUE EST CONSULTABLE APRÈS L'ARGUMENT, AU BAS DE CETTE PAGE. 

Le groupe familial peut être considéré comme une institution. L’inverse n’est pas vrai. Le « familialisme » a été maintes fois dénoncé. Pourtant, au-delà des divergences, nous pouvons noter différents points communs entre la famille et l'institution. L'un de ceux-ci concerne l'Histoire et les histoires. Que ce soit dans la famille ou l'institution, l'Histoire s'appuie sur des mythes fondateurs, des figures originaires, mais aussi des histoires avec des moments forts, heureux ou malheureux.

La démarche psychanalytique qui défriche et cherche des traces ressemble au travail de l'archéologue : c'est l'interprétation donnée à ces traces qui crée une narrativité. L'histoire est construite dans un après-coup qui en imprime le sens. Dans tous les cas l'histoire comme porteuse de sens ne se limite pas aux événements. Depuis Constructions dans l'analyse de Freud jusqu'à La construction de l'espace analytique de Viderman, l'analyste se trouve partie prenante de la mise en récit et de son accès au sens.

Dans les familles et les institutions, et sous réserve de ne pas être piégée par une écoute causale, la mise à jour des processus inconscients permet de retisser des liens et de relancer le rapport à la temporalité.

Les rapports familles-institutions se sont considérablement transformés. Cela nous invite à repenser la pluralité des dispositifs de soins et des modalités de partenariat famille-Institution. Des initiatives et des montages opérants émergent ; ils ont à s’élaborer dans une analyse continue des effets produits par les mutations du cadre socio-culturel et des idéologies du moment.

Organisée dans une synergie entre l'Association PSYFA et trois laboratoires de Recherche de psychologie rattachés aux Universités Paris 5, Paris 7 et Paris 13, cette journée se propose de mettre au travail les processus d'historisation dans les familles et les institutions de soins. Processus qui se trouvent parfois gelés par des traumatismes entravant la transmission.

Cette journée s’organisera autour d’une conférence plénière, de tables rondes et d’ateliers permettant d’articuler la recherche et la clinique. Il s’agira de réinterroger la place de l’histoire et du ''faire histoire'' dans les familles et les institutions d’aujourd’hui. 

Ċ
Marie-Noelle TEYNIER,
1 juil. 2018 à 15:17
Comments